Débuts photographiques, en autodidacte complet, en 1988, avec pour seule arme un objectif  Yaschica 135mm F5.6 emprunté à mon père (sur boitier argentique, cela va de soi). Puissance de grossissement : 2 fois et demi….autant dire que pour rapporter ma première image valable de chevreuil (au bout de plusieurs centaines d’heures d’efforts), il m’a fallu apprendre l’observation, la ruse et la…  persévérance. Rendement pitoyable, mais la passion était née !

S’ensuivent des études de foresterie, puis d’agronomie, d’horticulture, de pédagogie et de guide-nature. Entre-temps, mon matériel évolue et à l’âge de 20 ans, je signe mon premier contrat avec une agence photographique, Wildlife Pictures. C’est le début d’une semi- professionnalisation.

Au fil des ans, je me passionne pour les beaux livres, collabore humblement à quelques-uns, puis finis par concevoir mes propres « bébés de papier », dans lesquels je mets un point d’honneur à réaliser les textes -en duo pour deux d’entre eux- autant que les images (excepté le dernier, 2020). Ainsi naîtront 12 ouvrages, publiés entre 2003 et 2020, que vous pouvez découvrir en cliquant ICI

Parallèlement, il m’est arrivé de participer à des concours photo internationaux majeurs. Soucieux de ne pas m’enfermer dans un seul domaine, j’ai eu le privilège d’obtenir des premiers prix dans des catégories aussi diverses que celles des mammifères, oiseaux, plantes, paysages, insectes et grand prix, notamment aux USA (International Conservation Awards), en Russie (Golden turtle awards), Allemagne (GDT), Italie (Asferico), Finlande (CIC), aux Pays-bas (Grasduinen) , en Belgique (Canon, Aves, Argus, FINN, Agrinature… ) en France (Montier en Der, Terre sauvage, Festimages et une dizaine d’autres).

Actuellement, très nettement moins actif dans les concours, plus que jamais en quête de sens et soucieux de vivre le partage et la transmission, je m’investis d’avantage dans diverses associations bénévoles.  Sur le plan photographique, j’anime également chaque année des stages d’initiation à la photographie naturaliste et encadre l’un ou l’autre voyage photographique à l’étranger (essentiellement en cette Afrique qui m’a vu naître), au profit de ma petite association sans but lucratif (asbl) Nat’eveil.